La position de L'OCCITANE concernant les tests sur les animaux

Nous vous prions de prendre le temps de lire et de comprendre notre position sur ce sujet important ci-dessous.

L’Occitane n’a jamais testé ses produits finis sur les animaux et sélectionne activement ses matières premières pour garantir que celles-ci ne soient pas testées sur les animaux. Nous n’entendons nullement reconsidérer notre position au sujet de cet engagement très important à nos yeux. Nous avons toujours défendu la cause animale en nous refusant également à utiliser dans nos formules des produits d’origine animale à l’exception des produits dérivés de la ruche.

Nous nous sommes engagés de longue date auprès des associations de référence comme One Voice. Nous avons également été l’une des premières marques à être admise dans la liste de la British Union for the Abolition of Vivisection (BUAV) en 1997. Or cette association a décidé en décembre 2011, de retirer de sa liste toutes les sociétés opérant en Chine parce que les autorités chinoises peuvent faire réaliser un test restreint lors de l’enregistrement de certains produits. Bien qu’à aucun moment nous n’avons pratiqué ce type de tests, nous subissons cette nouvelle disposition, parce que nous ne pouvons apporter la preuve formelle que ces tests ne sont pas pratiqués par les autorités chinoises à un moment ou un autre.

Nous respectons le droit des pays à travers le monde à fixer leurs propres dispositions légales mais nous continuons à participer activement aux avancées techniques concourant à l’abolition des tests sur les animaux. Nous jugeons par contre qu’il serait contre-productif de priver le pays le plus peuplé du monde de produits n’ayant pas faits l’objet de tests sur animaux lors de leur élaboration - sinon, les consommateurs Chinois auront uniquement accès à des produits qui ont été testés sur les animaux. Ainsi, les entreprises qui testent sur les animaux continueront à prospérer, ce qui est le contraire de ce que souhaitent ceux qui participent à ce débat.

Conformément à nos engagements, nous continuons donc à participer activement à l’avancée de la cause animale dans le monde. Nous collaborons ainsi étroitement avec le BUAV en animant un groupe de travail afin de faire évoluer les autorités chinoises sur la validité des tests alternatifs. Début 2011, nous avions déjà participé avec le BUAV à un colloque portant sur ce sujet à Pékin auquel étaient aussi présentes les autorités réglementaires chinoises.